Insurrections de Bamenda et Buea

Paul biya aux lions

Invité à la cérémonie officielle de présentation du trophée des Lions indomptables au Chef de l’Etat le 09 février dernier au Palais de l’unité, le Président du Social Democratic Front(SDF) n’a pas manqué d’exhorter Paul Biya à se prononcer sur la question des évènements des régions anglophones du Cameroun.

Ni John Fru Ndi s’adresse à Paul Biya

Fru ndi

Il aura fallu sans doute ce moment de grande célébration pour que le leader historique de l’opposition, en outre natif de la région du Nord-ouest, s’adresse au Chef de l’Etat. L’air plutôt soucieux, Ni John Fru Ndi a demandé à Paul Biya de prendre ses responsabilités en parlant à la nation afin de mettre fin aux tristes évènements que connaissent le Nord-ouest et le Sud-ouest depuis environ deux mois. Des propos qu’il a réitérés lors de son interview à la télévision nationale avant de décrire la suite de ces insurrections comme des actions incontrôlables, les principaux acteurs se montrant désormais en cagoule comme des ninjas au moment de faire leurs forfaits. Par la suite, ce dernier a demandé au Ministre de la Communication de ne plus se prononcer sur un sujet dont il ne maîtrise ni tenants  ni aboutissants, faisant ainsi allusion au problème anglophone qui est d’une réalité historique et de ce fait a un droit de regard.

Ces propos sont intervenus après que le Chef de l’Etat ait prononcé un discours qui aura fait la part belle à l’unité et à l’indivisibilité du Cameroun. Un pan de la cérémonie qui aura également été emprunté par Moukandjo, capitaine des Lions indomptables. Mais tout au long de cette partie protocolaire on pouvait lire sur l’attitude du leader de l’opposition  une anxiété mêlée d’une détermination à parler lui aussi, non pas aussi de la victoire des Lions à la CAN gabonaise, mais de ce que vit sa région d’origine. Tout paraissait donc comme une mission qu’il avait à remplir en tant qu’élite de Bamenda. 

A quand la véritable fin ?

Le bref entretien des deux leaders politiques au Palais de l’unité est intervenu au lendemain d’une riposte bien orchestrée par les revendicateurs inconnus. Riposte contre la levée du mot d’ordre de grève des enseignants par quelques syndicalistes, quatre sur six dit-on. Résultats : les classes n’ont pas effectivement repris, les résidences desdits syndicalistes auraient été incendiées, les cagoulés continuent leur besogne vis-à-vis des écoles et les élèves en paient les frais. Malgré les multiples négociations de la partie gouvernementale, les insurgés ne comptent pas s’arrêter.

Toutefois, les avis restent partagés chez les habitants de Bamenda et Buea. On a pu le confirmer lors des multiples victoires des Lions indomptables à la dernière CAN. Dans les deux capitales régionales la joie était pareille que celle connue dans les huit autres de la République et les propos des supporters portaient tous sur l’unité nationale et le patriotisme dont ont fait montre les poulains d’Hugo Bross. Aux dernières nouvelles, plusieurs élites de la région du Sud-ouest ont présenté leur désolidarisation d’avec le Nord-ouest dans ces évènements ; car il ne s’agit plus des revendications des syndicats mais d’actions déterminées à porter atteinte à l’intégrité nationale par on ne sait qui et pour des fins que l’on ignore.

Eric OMBOLO

 

Paul AMOUGOU BALLA sur

Cameroun Bamenda Buea.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×